Suivre la petite voix

Le projet SYLPHE est tout simple : un groupe de bloggeurs païens francophones se retrouve pour donner leur avis et parler de thèmes communs sur leur spiritualité et leur pratiques. Vous trouverez en bas de l’article une liste des posts correspondants des autres bloggeurs qui ont traité ce thème.

C’est moi qui ai lancé le sujet : suivre les signes, les croire ou non, suivre son intuition avant de tirer les cartes. Et j’ai bien du mal à écrire ma réponse.

Le signe :

Un signe est un signe par le fait qu’on le remarque. Un vol d’oiseau, des messages récurrents, un événement particulier … Quelle que soit sa nature, si on ne le voit pas, ce n’est pas un signe. Tout dépend de nous et de notre capacité d’observation. En général, je sais reconnaître un signe quand j’en vois un, grâce à cette petite intuition, ce sentiment étrange (qui apparemment est commun à quelques sorcières) mais surtout parce qu’il tombe à pic. Et c’est souvent là le soucis : soit une force supérieure m’envoie réellement un signe pour me guider dans un choix, soit c’est moi-même qui crée le signe qui me convient et me conforte dans ma décision. Oui, je pense qu’une grande partie des « signes » que nous voyons ont tendance à être de pure création de notre esprit. Mais à vrai dire, je ne pense pas que cela soit si négatif que cela. Créer des signes inconsciemment pour nous conforter dans une décision peut être un sacré coup de pouce pour prendre confiance. Une sorte d’auto-envoûtement en fait.

C’est notre esprit qui les interprète également, et cela mène là aussi à des déviances. Un crapaud mort sur la route peut être un bon présage pour certain, un porte malheur pour d’autres. A chacun son interprétation des signes extérieurs. Mais là encore je pense que l’on a plus de chances de bien interpréter un signe que de se tromper. Pourquoi ? Parce qu’il est malléable en fonction de notre interprétation. Parce que si nous les créons nous-même, c’est de façon à ce que nous comprenions le message. Et si c’est un esprit, un ancêtre, une divinité patronne … qui nous l’envoie, en général il fait en sorte que le message puisse être compris par le destinataire (de mon expérience personnelle). Même si parfois il nous faut un peut de temps pour le piger.
Je me souviens qu’à une époque, je voyais fréquemment un héron que j’associais à mon copain (je le voyais quand il m’accompagnait ou quand je pensais à lui), en disant qu’il était sûrement son totem ou un esprit allié. Mais je me suis rendu compte ensuite qu’il n’y a que moi qui le voyais et le remarquais ce héron. Mon copain lui ne le remarquait pas. En à vrai dire la médecine du héron convenait très bien à ma façon de me comporter avec lui. Voila pourquoi je dis que le signe est personnel (et qu’il est malléable).
Je me souviens également d’un matin, alors que mon balcon est habituellement visité par des moineaux et des mésanges, deux corneilles croassaient lugubrement à ma fenêtre. Ajouté à un sentiment de danger, j’ai ni une ni deux accomplis un rituel de protection. Je vais parler un peu après de l’intuition)

Un truc que je trouve assez chouette aussi, c’est de convenir de signes avec les esprits et entités avec lesquelles on travaille. Un peu comme les sorcières italiennes dévotes d’Aradia qui demandent le sifflement d’un serpent, la lueur d’une luciole et le coassement d’un crapaud pour s’assurer que la déesse a accordé sa faveur. Personnellement j’utilise cet accord avec certains esprits que j’ai plus de mal à ressentir, et si on ne demande pas de voir un alligator dans sa salle de bain, ou de croiser Lady Gaga à Joinville-le-Pont, on a quelques résultats !

Donc pour ce qui est des signes, j’ai tendance à les suivre pour les raisons cités plus haut, ou du moins à les prendre en compte (ah la foi). Il m’est arrivé de prendre des décisions très importantes et assez dures en prenant en compte la Pleine Lune et un papillon apparu dans un certain contexte (et évidemment bien d’autres facteurs hein, mais ça a été le déclencheur).

L’intuition :

L’intuition et les signes sont deux choses bien différentes. Pourquoi les avoir mis dans le même thème, je ne sais pas ! On suit les signes aussi parce que notre intuition nous dit de les suivre.
Depuis tout petit, on nous apprend à réfléchir avec notre cerveau, à faire preuve de logique et de raison pour prendre des décisions, pour agir etc … Du coup l’humain a tendance à ne pas écouter la petite voix en lui qui lui crie de faire ça plutôt que ce que la logique lui dit de faire. Et c’est bien dommage. Je pense que l’homme est gâté de nombreux dons enfouis en lui, et l’intuition en fait partie. Purée mais combien de fois j’ai eu le sentiment qu’il fallait que je fasse telle chose en première impression pour finalement suivre ma raison qui s’est ramenée plus tard, pour me rendre compte que la première option était en fait la bonne. Rhhhaaaa j’enrage quand je ne suis pas mon intuition. J’apprends à l’écouter, mais la suivre est déjà plus difficile.
J’ai quelques acquis maintenant : je devine certaines personnes que je vais croiser dans la journée et que je connais, qui appelle au téléphone, je deviens assez bon au Dixit (un vrai jeu de sorcière) … Ça nécessite de l’exercice mais tout le monde peut le faire je pense. Oui, c’est de l’intuition et c’est formidable. La toute première impression est souvent la bonne.

Alors je ne sais pas si en tant que païen-sorcière on a plus d’intuition que les autres, je ne crois pas (ça fait genre « j’ai des supers pouvoir que toi tu n’as pas pauvre mortel »), mais je remarque que les gens « connectés » ou spirituels lui donnent plus de crédit.

Je comptais parler aussi des certitudes d’avenir (genre « je sais pertinemment que j’aurais trois enfants et que je vais perdre une jambe, me demande pas pourquoi »), mais c’est encore plus brouillon dans ma petite tête donc je ne composerai pas là-dessus maintenant !

 sylphe4
Le Chant du Signe, par Lyra
Allo ? Aaallo !!, par Loü
Des signes et de l’intuition, par Musheart
Des escargots et des signes, par Brume Follet
Signes : quand l’Univers t’envoie un SMS, par Rhi-Peann
Eh, regarde le panneau, par Touseg
Le jeu du pendu : les signes, par Aranna Renard
Ces signes sur le chemin, par Lupa Croque-Chat
Absence de signe n’est pas signe d’absence – hein quoi ? par Elliska
Miroirs déformants, miroirs déformés par Nemn

Publicités

J’ai testé le Palo Santo !

Toujours à l’affût de nouveaux parfums et essences à brûler en encens, smudges, papiers d’Arménie … Mes pérégrinations m’ont amené sur le Palo Santo. Le Palo Santo (« bois saint ») est un arbre originaire d’Amérique du Sud (Bulnesia sarmientoi). Il est traditionnellement brûlé comme un encens pour la purification de l’âme, harmoniser les énergies, attirer de bons esprits et fluides, les rites de guérison, pour se relaxer … Bref, que du positif ! A quoi ça ressemble et comment ça s’utilise ? Le Palo Santo tel qu’il est vendu dans le commerce se présente en bâtonnets de bois séché grossièrement coupé. Comme un encens en bâton il faut mettre le feu à une extrémité, laisser brûler quelques secondes et souffler la flamme pour que le bois s’embrase et fume. A utiliser dans un récipient ignifuge pour ne pas mettre le feu bien sûr. Il suffit d’écraser la braise dans le récipient pour l’éteindre.

102bdeca-71a9-40cb-8c90-453b7e4713f3_large Mon avis (je me la joue review d’encens)

  • Ça sent trop bon de fou ! La fumée dégagée est très agréable et surprenante. C’est un parfum très subtil, chaleureux et réconfortante (avec une surprenante note de benjoin). Une merveille, me voilà déjà accro. Thuya mon amour, tu fais bien de frissonner !
  • Le format est très pratique : le bâton est entre le smudge et le bâton d’encens, avec que leurs points positifs. Il brûle très bien (pas comme certains bâtons de smudge qu’il faut rallumer tout le temps), fume très bien et s’éteint facilement. Propre, pratique, efficace !
  • Mais pourquoi le Palo Santo ne pousse pas en Bretagne ?! Oui je suis un partisan du local et pour moi sang de dragon, copal et oliban sont les véritables substitutions de baie de genévrier, romarin et sève de pin, pas l’inverse. Donc ça me gène un peu de devoir acheter du bois de Palo Santo qui vient d’Amérique du Sud. (Mais fichtre, ça sent trop bon !)
  • Et justement le prix du Palo Santo ? Celui que j’ai acheté provient de la marque Terre d’encens, bien connue, de chez ma librairie ésotérique. Elle respecte les arbres, les récoltes ne sont pas traitées … Mais j’ai quand même l’impression de m’être fait un peu avoir sur le prix (6.80€ les 25gr  -5 bâtonnets). Sur Internet les prix sont à comparer, sans compter les frais de port parfois hallucinants.
  • Ça part trop vite crévindiou ! Le bois se consume assez rapidement finalement. Trop vite à mon goût en tout cas !

En conclusion : le Palo Santo, c’est le bien ! Une bonne odeur, très douce, très chaude, très cocooning. Pratique à brûler, peu salissant, mais les prix d’importation sont un peu onéreux (même si c’est pas non plus le prix de la Mandragore chez Terre d’encens). Si vous trouvez un site chouette avec un bon rapport qualité/prix, faites tourner !

523c810e-4d05-4e44-bbe2-5d28c0a44f42_large

4 recettes à base de résine de pin

Pour vous montrer que la sève de pin est le meilleur des encens qui soit.
Inutile de courir dans les boutiques ésotériques pour acheter des résines lointaines et onéreuses, zappez le copal et l’oliban, et courez plutôt récolter les larmes dorées du Pin à la source. Cette résine au parfum prononcé et divin a de nombreuses vertus. Elle était autrefois utilisée en cataplasme ou en décoction pour soigner les rhumes, la toux, les maux de gorges, ou encore les bronchites ; elle est également antiseptique.
En herbalisme, la sève de pin est brûlée en encens pour attirer la richesse, le pouvoir, la justice, pour faciliter la guérison, pour purifier un espace, et j’ajouterais également que comme l’oliban, elle amène des vibrations supérieures là où on la brûle, propices à la réflexion, la relaxation, la méditation et la prière.

Voici donc 4 recettes originales d’encens à base de résine de pin, pour des usages différents, avec des ingrédients simples pour vous convaincre que la résine de pin est la seule dont vous ayez vraiment besoin !

 

P1200092

Encens de guérison 

  • 1 part de résine de pin, grossièrement broyée
  • 1 part de baies de genévrier écrasées
  • 1 part de sauge blanche émiettée

A brûler sur un charbon ardent pour les rites de guérison, pour purifier l’espace et les prières.

Encens pour attirer la richesse

  • 1 part de résine de pin, grossièrement broyée
  • 1 part de clous de girofle broyés
  • 1/2 part de cannelle moulue
  • 1 pincée de piment de Cayenne

Un parfum riche à brûler régulièrement dans sa maison, son bureau ou sa boutique pour attirer la richesse et la prospérité.

Encens de purification

  • 2 part de résine de pin, finement moulue
  • 1 part de romarin broyé
  • 1 part de thym
  • 1/2 part d’écorces de citron séchées

A brûler régulièrement sur un charbon pour purifier sa maison et attirer de bonnes vibration. Vous pouvez simplifier en utilisant seulement la sève de pin et le romarin, mais les écorces et le thym apportent une touche citronnée agréable et purifiante.

Encens des bois

  • 2 part de résine de pin
  • 1 part de genévrier en branche
  • 1/2 part d’aiguilles de pin finement moulues
  • 1/2 part de cyprès
  • 1 part de genévrier phénicien (facultatif)
  • quelques bourgeons de pin écrasés
  • 1 part de thuya

Pour les amateurs d’odeurs boisées et de parfums de bois brûlé. A utiliser pour célébrer en forêt, pour honorer les esprits sauvages, le Cornu ou simplement pour le plaisir.

La meilleure des recettes à mon avis est de jeter quelques grains de résine sur un charbon ardent. Rien d’autre. Et de laisser le parfum nuancé de la sève pure diffuser son pouvoir et sa chaleur en vous.

Mélange fleuri pour favoriser l’attraction

Je ne sais pas si je l’ai déjà dit, mais je suis contre la magie amoureuse en général. Je considère que les sentiments humains sont déjà assez compliqués sans qu’on vienne les bombarder de conneries magiques en plus. Je ne veux pas rentrer dans le débat sur la magie d’amour et le libre arbitre, ou encore cékunillusion-cédéconneries … mais je veux juste dire que même si je trouve les sorts amoureux magnifiquement dramatiques et bons pour les contes et les tragédies, les rares charmes magiques appliqués à l’amour qui trouvent de l’intérêt à mes yeux sont ceux qui suscitent le désir et favorisent la séduction.

Donc pas de rituel pour attirer le grand amour – même si on l’a tous fait étant jeunes, et qu’il est finalement arrivé en nous pointant bien les attentes que l’on a oublié de mentionner, ni de dagydes pour attacher deux personnes entre elles, qui vont s’étouffer mutuellement. Par contre, je dis oui à l’art de la fascination, aux charmes pour s’ouvrir à l’amour, aux aphrodisiaques et aux boosters sexuels. Ce qui ne touche pas aux sentiments en fait, mais au charme, à la séduction, au désir et au physique (vile sorcière hédoniste que je suis).

Et donc cet après-midi, en repensant à ça, j’ai fait un mélange de fleurs pour favoriser l’amour et l’attrait autour de soi. Un mélange assez simple et basique à base de fleurs printanières pour bains, onctions, lotions (non potable) …

  • Pétales de rose
  • Fleurs de primevère
  • Fleurs de pommier
  • Fleurs de pensées sauvages
  • Poudre de love root (racine d’iris de Florence)

Une charge, un chant ou une rune, et voilà un mélange fleuri, très léger et printanier pour séduire les bonshommes et les bonnefemmes autour de vous ! La racine d’iris, un très bon ingrédient pour les philtres d’amour va donner un peu de corps et de concret à la potion. Le pouvoir de la rose n’est plus à démontrer, tandis que la primevère et la pensée sauvage suscitent le désir et l’attraction. L’infusion a un parfum très léger, l’odeur de la racine d’iris (que j’adore) ressort le plus.Donc je teste ça bientôt, mais je ne vous raconterais pas ! Toc !
En tout cas, effet immédiat sur moi-même : je me sens « adouci » et stimulé !

P.S. : J’en file en douce à ceux qui en veulent, mais je n’envoie pas par la poste par contre

Crafty time ! (bitchy post)

Une partie de mes examens est passée, je peux donc me concentrer sur des projets cools ! Après avoir récolté des fleurs de pommier (pour faire des mélanges de bains d’amour ) et plein d’orties, parce que c’est tellement génial les orties, j’ai pris un peu de temps pour les bénir.

L’éclipse de la dernière Pleine Lune a été très difficile à vivre (une sacrée connasse oui !), puisqu’elle s’est accompagné d’événements personnels durs, dont je ne veux pas parler pour l’instant, et je me remets doucement debout, à coup de purification, de bains de pieds au patchouli et de Lapsang Souchong. Mais heureusement, j’ai plein de projets d’illustration, et de linogravure pour me divertir.

Je continue mes expériences en linogravure, mais là ça ne rigole plus, j’ai acheté le rouleau et l’encre adaptée, c’est du lourd. Je prévois d’en faire une grande A4 sur un thème mystique (genre un pacte avec un démon, ou quelque chose comme ça). Pour l’instant, j’ai fais entre autres une sorcière-oiseau et un Ouroboros !

ouroboros sorcière

Ce matin, j’ai aussi monté en pendentif une grosse dent de bœuf qui a vécu au XIIème siècle, que j’avais gardé d’un stage d’archéologie (oh ça va, il était hors contexte dans la bute creusée par la pelleteuse !), comme ça j’ai une big tooth autour du cou maintenant, c’est macabre certes, mais ça claque ! #blingblingwitch (la photo est moche, prise avec mon portable, parce que ma mère a emporté l’appareil photo au fin fond des îles Canaries)

Dent

Et je vous laisse là-dessus, je dois aller dessiner des écailles à la javelle sur un vieux jean, et dessiner des scénettes obscènes de barbus invertis ❤

white-queen_o_GIFSoup.com

O Apollon doré, sois avec moi !

Période très chargée oblige, je suis très occupé, mais c’est toujours dans ces moments que je veux faire un article. Les examens, les rapports de stage, les dossiers, les concours, tout s’accumule et j’ai du mal à voir venir tout ça. Envoyez moi des ondes positives toutes minou ! Mais dans toute cette palpitation, il faut absolument que je garde l’inspiration et l’ouverture d’esprit nécéssaire pour mener à bien mes projets. Je n’ai pas arrêté de travailler avec le Laurier ces derniers temps pour travailler à cela, (et pour favoriser le succès tant qu’à faire) : je me suis créé un fétiche Laurier, une couronne de Laurier, je bois des tisanes de feuilles, je lui laisse des offrandes ( il est sous ma fenêtre ). Et aujourd’hui, j’ai appelé l’aide d’Apollon, le dieu des artistes pour qu’il m’aide et m’inspire, en lui créant un petit autel de laurier, d’une plume d’oie, de chandelle dorée consacrée sur une belle nacre. Je vous laisse les images (lomogramées comme il se doit, c’est pratique pour sauver des photos de mauvaise qualité)

b577643d-f220-4d87-b039-0a9b77b3d60e_large

d7afc9dc-a53f-4c1e-a072-3b6856118eda_large

09dbfd00-c54d-4881-902e-45f65b37153e_large (2)

cd7d27eb-8466-4f3e-99ed-497d45e79dd5_large

32037901-60d0-4ac7-85db-30dbb278f06b_large

Et je voulais vous montrer sur la dernière photographie les deux petites pierres de silex, naturellement creusées au centre, que j’ai trouvé à la mer. Elles sont trop géniales, parce que les bougies s’intègrent parfaitement dedans, donc ce sont désormais des supers bougeoirs naturels en silex ! WOODS : j’ai acheté cet encens le week-end dernier au marché, je me suis fait avoir par le nom de la marque, vous vous en doutez bien. Après une première impression mauvaise, il est pas si mal finalement, il ressemble un peu au Nag Champa (que je déteste), mais je le tolère !

De saines lectures, morceaux choisis

Voici quelques une de mes runes, formules et prières favorites, tirées d’épopées nordiques comme le Kalevala (une formule magique chamanique du début à la fin), de livres saints ou encore de recueils d’hymnes celtiques comme le Carmina Gadelica. Ce sont de merveilleuses sources à étudier. Non seulement elles regorgent d’anciens rites et charmes, mais elles sont souvent d’une beauté poignante. Elles sont toutes en anglais, je m’excuse d’avance pour ceux qui ne lisent pas cette langue, mais elle chante tellement plus que le français.

Many runes the cold has told me,

Many lays the rain has brought me,

Other songs the winds have sung me;

Many birds from many forests,

Oft have sung me lays n concord

Waves of sea, and ocean billows,

Music from the many waters,

Music from the whole creation,

Oft have been my guide and master.

[Kalevala, chant I]

Rune de bénédiction personnelle

I will pluck the yarrow fair,

That more benign shall be my face,

That more warm shall be my lips,

That more chaste shall be my speech,

Be my speech the beams of the sun,

Be my lips the sap of the strawberry.

May I be an isle in the sea,

May I be a hill on the shore,

May I be a star in waning of the moon,

May I be a staff to the weak,

Wound can I every man,

Wound can no man me.

[Carmina Gadelica]

Prière de protection auprès des esprits de la Nature

Rise, ye heroes of the broadsword,

Ye, the earth’s eternal heroes,

From the deeps, ye sickle-bearers,

From the brooks, ye crossbow-shooters,

Come, thou forest, with thine archers,

Come, ye thickets, with your armies,

Mountain spirits, with your powers,

Come, fell Hisi, with thy horrors, Water-mother, with thy dangers,

Come, Wellamo, with thy mermaids,

Come, ye maidens from the valleys,

Come, ye nymphs from winding rivers,

Be protection to this hero,

Be his day-and-night companions,

Body-guard to Lemminkainen (nom du héros)

 [Kalevala, chant XII]

Le plus formidable des charmes d’amour (le Quantique des Quantiques est une ode entière vouée à l’amour et l’érotisme, à lire donc)

Let him kiss me with the kisses of his mouth: for thy love is better than wine.

Because of the savour of thy good ointments thy name is as ointment poured forth, therefore do the virgins love thee.

Draw me, we will run after thee: the king hath brought me into his chambers: we will be glad and rejoice in thee, we will remember thy love more than wine: the upright love thee.

[le Quantique des Quantiques]

 

Rune pour l’aide de la Mère Nature

Oh Queen, nature’s daughter,

Woman in gold, beauty

Who is the most ancient of wives,

The first of matrons,

Come now to calm the pains

To drive away the bad days,

To take care of this deal,

To ward of this attack

[Kalevala]

 

Charme anglo-saxon pour exorciser un mauvais esprit

Leave, cursed slug, from man,

Because you have already dirtied him,

Now that you live in him,

You are the cause of great pain.

The sun hates you, the moon hates you,

The stars hate you, the stars hates you,

Man hates you, children hate you,

The whole family hates you, and me, I hate you.

 

La vision de Petit Merle

8a0cf171c2f7130fbc4ae0432347111a

Je retourne voir mon petit Merle de temps en temps. J’ai enterré son corps près d’une haie du lieu où je pratique, avec une libation de lait miellé et de farine et quelques champs. Quand je l’ai laissé la première fois, il était perdu, apeuré, voire en colère. Je sentais toute cette foule d’émotions m’envahir, comme si c’est moi qui les ressentais. J’ai fais tout mon possible pour l’apaiser, en lui offrant de bonnes offrandes, lui parlant doucement …

Je cours le soir, et je reviens souvent auprès de sa sépulture, et hier, je lui ai parlé, je voulais savoir si son esprit était parti ou encore là, et il était finalement toujours là ! Mais tellement différent, il était apaisé et surtout changé. Je lui ai demandé conseil, après une journée éprouvante. Il m’a donné une sorte de vision:

Je l’ai vu s’approcher de moi, noir, avec sa paupière et son bec doré. Il s’est posé sur mes mains ouverte et a commencé à picoré, nerveusement. Il s’est mis à me pincer plus fort, jusqu’à déchiqueter la peau de mes paumes. Je n’avais pas vraiment mal, mais j’étais surpris de ce comportement. Puis du creux de mes paumes ouvertes et ensanglantées, il a tiré avec son bec de longs fils blancs et lumineux, comme des filaments, pour les emmener jusqu’au ciel.

 

Mise à jour

Je m’étais beaucoup éloigné de ma pratique magique et animiste ces derniers temps (vous avez du le remarquer vu le délaissement de mon blog), une période de vide et de recherche, pleine de rebondissements qui m’a complètement coupé de ma spiritualité. Mais comme m’a si bien expliqué un ami somathopathe en buvant une bouteille d’eau : Que fait-on quand c’est plein ? On vide, pour laisser place au neuf.

Et avec le recul, je me rends compte que j’ai pas mal évolué, et que cette période vide, a finalement été la plus riche en évènements que j’ai connu (oh, j’ai que 20 ans hein !), tellement que j’ai pensé m’être perdu dedans. BUT I’M BACK BABY ! J’ai appris énormément de choses, je me suis renforcé et je ressors plus riche. J’en parlais avec mon ex l’autre jour, et on se disait que justement ces périodes, ces évènements qui nous heurtent et nous poussent dans nos retranchements, nous font en fait évoluer. A quoi bon stagner ? Tout bouge dans ce monde, tout change, alors il faut savoir bouger avec lui.

Je replonge avec plaisir dans ma pratique, et je la sens tellement plus forte désormais. Je me rends compte que certaines choses que je faisais autrefois ne fonctionnent pas très bien finalement : se forcer à faire des choses que l’on ne ressent pas, utiliser un gros encens en grain pour rendre hommage à des petits animaux défunts (ils aiment pas ça), bâcler la bénédiction des plantes … Je suis mon intuition et les enseignements de mes guides (notamment une guide en particulier ) et je me rends compte que mes croyances, ou du moins mes préférences de culte ont évolué elles aussi. Je suis animiste, mais j’ai désormais plus de mal à être polythéiste. J’ai ressenti les énergies de différentes divinités dans mon parcours, j’ai rendu des rites à certaines, mais je dois avouer que leur approche me questionne. Mes cours d’archéologie ne sont pas anodins à ce questionnement, puisque l’on apprend comment les panthéons d’une civilisation ont pu être intégrés, accueillis et déformés par d’autres civilisations. Beaucoup de modifications, d’assimilations à d’autres divinités, souvent dans des buts politiques. Il était tellement facile dans le monde grec et romain d’instaurer un nouveau culte.

Donc pour ce qui est des dieux, je prends le temps qu’il faut. Les seules divinités envers qui je reste fidèle sont Aphrodite, Isis, Herne et deux trois autres. En revanche, je rends grâce à une foule d’esprits, attachés aux arbres, aux lieux, aux animaux … Je laisse des offrandes aux effrayants esprits de la Nuit, aux fées de la Haie de ronce, je parle régulièrement à un chêne qui m’a donné un peu de sa force pendant ma période sombre, je rends hommage aux esprits défunts et les aide à rejoindre la Grande Mère, je prie beaucoup…

J’ai repris ces derniers jours une activité magique un peu plus poussée, où j’ai confectionné quelques potions et onguents, en bénissant correctement mes plantes, j’ai aidé un petit Merle mort complètement effrayé à accepter sa mort et retourner à la terre. Tout m’a semblé aller de soi, j’étais confiant et respectueux. Trois fois est apparu le Paon du Jour, une bénédiction de ma guide spirituelle qui m’encourage dans mon parcours de sorcier. Et je ne me souvenais pas que les émotions lorsque l’on travaille avec des énergies et les esprits étaient si fortes. Passer du rire aux larmes m’a étonné, et puis je me suis souvenu que c’était pareil avant. Il va falloir que je pense à bien me purifier pour ne pas être trop submergé.

Et quand on s’ouvre à la magie, elle vient cette chipie !

P1160673

Plumes dans les oreilles

Crafty time ! Je collectionne les plumes comme vous le savez, et j’ai un tiroir entier rempli de ces belles petites choses. Et beaucoup de plumes de goéland ! Beaucoup. Je les aime particulièrement, avec leur nuances de gris chaud. Donc ce matin, j’ai farfouillé, j’ai sorti les pinces, les perles, les trucs et les bidules et bobidi boup, j’ai fait des boucles d’oreilles ! Chaines, perles péruviennes peintes à la main et plumes de goéland.

Voilà voilà, j’ai rien de plus à raconter ! Si ce n’est qu’il fait beau malgré le vent, et que ça donne envie de courir dans les champs. Allez, j’y vais ! Bisous minou