Baddest Witch

Et pourquoi pas une petite bédé ? L’idée est partie d’une conversation un peu délire avec Musheart. La sale sorcière que mon côté obscur et surréaliste rêverait d’être, faite de clichés, un peu gore, et qui se prend tellement au sérieux ! Enfin je me suis bien amusé, et j’espère qu’elle vous amusera vous aussi !

baddest witch

Publicités

Crafty time ! (bitchy post)

Une partie de mes examens est passée, je peux donc me concentrer sur des projets cools ! Après avoir récolté des fleurs de pommier (pour faire des mélanges de bains d’amour ) et plein d’orties, parce que c’est tellement génial les orties, j’ai pris un peu de temps pour les bénir.

L’éclipse de la dernière Pleine Lune a été très difficile à vivre (une sacrée connasse oui !), puisqu’elle s’est accompagné d’événements personnels durs, dont je ne veux pas parler pour l’instant, et je me remets doucement debout, à coup de purification, de bains de pieds au patchouli et de Lapsang Souchong. Mais heureusement, j’ai plein de projets d’illustration, et de linogravure pour me divertir.

Je continue mes expériences en linogravure, mais là ça ne rigole plus, j’ai acheté le rouleau et l’encre adaptée, c’est du lourd. Je prévois d’en faire une grande A4 sur un thème mystique (genre un pacte avec un démon, ou quelque chose comme ça). Pour l’instant, j’ai fais entre autres une sorcière-oiseau et un Ouroboros !

ouroboros sorcière

Ce matin, j’ai aussi monté en pendentif une grosse dent de bœuf qui a vécu au XIIème siècle, que j’avais gardé d’un stage d’archéologie (oh ça va, il était hors contexte dans la bute creusée par la pelleteuse !), comme ça j’ai une big tooth autour du cou maintenant, c’est macabre certes, mais ça claque ! #blingblingwitch (la photo est moche, prise avec mon portable, parce que ma mère a emporté l’appareil photo au fin fond des îles Canaries)

Dent

Et je vous laisse là-dessus, je dois aller dessiner des écailles à la javelle sur un vieux jean, et dessiner des scénettes obscènes de barbus invertis ❤

white-queen_o_GIFSoup.com

Plumes dans les oreilles

Crafty time ! Je collectionne les plumes comme vous le savez, et j’ai un tiroir entier rempli de ces belles petites choses. Et beaucoup de plumes de goéland ! Beaucoup. Je les aime particulièrement, avec leur nuances de gris chaud. Donc ce matin, j’ai farfouillé, j’ai sorti les pinces, les perles, les trucs et les bidules et bobidi boup, j’ai fait des boucles d’oreilles ! Chaines, perles péruviennes peintes à la main et plumes de goéland.

Voilà voilà, j’ai rien de plus à raconter ! Si ce n’est qu’il fait beau malgré le vent, et que ça donne envie de courir dans les champs. Allez, j’y vais ! Bisous minou

Sea White Magic

Un petit tour à la mer, ça revigore ! Et pas que les humains. J’ai une bague qui m’est chère, elle m’a été offerte à mes 18 ans par ma mère en Espagne. C’est une belle pierre de lune habitée d’un hypnotique reflet bleu, sertie d’argent. Je l’avais un peu laissé ces derniers temps, dans une trousse, dans le noir, et quand je l’ai retrouvé, elle était toute éteinte, toute sombre. Je n’ai pas énormément d’affinités avec les pierres, je ressens peu leur énergie, comparée aux plantes qui me parlent tout le temps. Mais avec cette pierre de lune, c’est un lien fort que nous avons. Je l’ai donc emmené à la mer avec moi. Je ne l’ai pas plongé dans l’eau, puisque l’eau salée peut dégrader les pierres, mais l’air de la mer l’a revigoré ! On pouvait sentir sa vibration, sa lueur bleue est réapparue ! Un petit bonheur.

En passant, on a ramassé une trentaine de coquilles St Jacques aux magnifiques couleurs blanches et roses que des pêcheurs ont jeté sur la plage. Ma mère veut en faire des photophores, mais j’en garde quelques unes pour purifier mes pierres et mes objets. A la maison, les coquillages grouillent et servent à tout, donc ça va surement aussi servir à poser les sachets de thé, ou comme cendrier. J’ai aussi trouvé un énorme bloc de quartz, d’une vingtaine de centimètres de large, sur lequel j’ai flashé. Je vais surement le poser sur mon autel.

Et enfin, inspiré par cette ambiance marine, en rentrant, j’ai récupéré de vieux crayons de bois. Je les ai coupé, décapé pour enlever la pellicule de couleur et piqué avec de l’encre sur chaque face, pour en faire des dés. Je les ai ensuite oints d’un baume que j’ai fait pour nourrir et protéger le bois. On voit rarement de dés en bâtons dans le commerce, mais je trouve ce format très original. J’avais vu dans une collection ce genre de dés, sculptés par les marins dans le l’os de baleine. Toujours avoir des dés sur vous permet de régler des situations subtiles : qui paye la tournée de bière ? Jouons au dés ! Qui pose cette question périlleuse au professeur d’art antique ? Jouons au dés ! Et bien d’autres encore ! Anecdotiquement, j’essaye de trouver un moyen de diviner en utilisant les dés, j’en reparlerais quand ce sera au point !

P.S. : C’est le 100ème article sur ce blog, youpi youpi !

Smudge fan de Père Corbeau

J’ai récolté pas mal de plumes de corbeaux à la fin de l’été. Elles trônaient toutes sur mon autel à prendre la poussière, alors j’ai décidé d’en faire quelque chose. Je suis fasciné par les plumes, mais j’ai toujours peur de bricoler avec. Elles sont tellement de valeur pour moi que je n’ose jamais y toucher. Résultat, elles s’entassent bêtement dans un tiroir et prennent la poussière. Mais cette fois-ci, j’ai vaincu ma crainte d’abimer les plumes et j’ai bricolé !

Il y avait aussi quelques os qui trainaient dans mes tiroirs entre des racines de pavot et de mandragore et des grigris en tout genre (ahhh les armoires de sorcier …), je me suis dit que plumes de corbeaux et ossements fonctionneraient bien ensemble. Je souhaitais me confectionner un petit smudge fan, un éventail de plumes utilisé pour éventer la fumée d’encens et la diriger. Mais ce n’est pas la seule utilisation que l’on peut en faire ! En éventant l’air avec des plumes, vous pouvez purifier un lieu, une personne, un objet, ou encore le bénir. On passe parfois les plumes de certains oiseaux sur le corps d’une personne malade pour le guérir. Vous pouvez utilisez les différentes médecines des oiseaux en ajoutant leurs plumes ou leurs ailes à vos éventails : j’emploie les plumes de paon pour me connecter au Soleil, les plumes de goéland pour apaiser les esprits des animaux morts sur la plage, les ailes de merle pour bénir ma voix avant un exposé ou une prise de parole importante … Je vais utiliser mon smugde fan de corbeau principalement pour bannir les résidus d’énergies néfastes de mon corps (comme j’en avais parlé ici), et pour diriger la fumée de thuya et de romarin.

P1170920

En Suède je trouvai des objets de pouvoir

Je suis parti une semaine en Suède pendant les vacances. Une amie m’avait appelé cet été pour me demander : « Dis, ça te dis de partir en Suède avec moi ? ». J’avais dansé comme un korrigan euphorique dans le jardin, en criant de joie. Et puis on est parti, sans s’en apercevoir. Sans s’en rendre compte. Je n’ai pas envie de raconter les détails de mon voyage ici, mais je voulais quand même partager mes trouvailles avec vous !
J’ai en effet trouvé là-bas quelques petits objets magiques du pays des Vikings qui ont fait frémir mon cœur de sorcier ! Des choses très « primitives » pour un sorcier « primitif », comme un ami m’a qualifié HAHAHA


J’ai d’abord craqué pour une petite bourse de cuir contenant trois dés en os faits main. J’ai tout de suite senti que je pourrais en faire un outil de divination. Reste à savoir quelle technique appliquer pour avoir des résultats convaincants. Les premiers jets avec Egregius ont été un peu … balbutiants. Mais j’aime le fait qu’ils soient en os, cela leur une dimension tout à fait mystique. En plus d’aider à diviner avec les défunts, ça fait son petit effet de sortir ses dés en os dans une soirée où coule l’hydromel.

P1170419

J’ai aussi trouvé un magnifique peigne en corne. Je me suis senti tellement attiré par cet objet dans la boutique d’artisanat. C’est pas que j’ai besoin de peigne, pour le peu de cheveux que j’ai, mais j’ai tout de suite pensé aux peignes des chamans inuit, qu’ils utilisent pour peigner les cheveux de Sedna lors de leurs voyages sous la mer, pour délivrer les créatures aquatiques des nœuds chevelus de la divinité. La légende de Sedna est une des premières que j’ai entendu, elle m’a toujours fasciné. Et puis je pensais aussi aux sirènes en l’achetant, une autre fascination … Il parait que les peignes sont utilisés pour invoquer des esprits de la sphère vénusienne, m’a dit Egregius. Quoi qu’il en soit, j’ai toujours adoré les peignes, magiques ou pas.

P1170423

Voilà des années ( le début de ma pratique en fait) que je cherche un athamé, un couteau rituel de sorcière. C’est un peu l’outil qui m’a toujours posé problème, que je n’ai jamais trouvé ni assumé. Mais l’usage d’un athamé commençait tout de même à me manquer, et je suis depuis longtemps près à en utiliser un. Et c’est en Suède que je l’ai trouvé. Je ne pense pas que ce sera le couteau de ma vie, mais pour l’instant, je l’aime. C’est un couteau viking, tout à fait traditionnel, en acier. J’ai toujours adoré cette forme de couteau, loin de l’athamé traditionnel au manche noir et à la garde perpendiculaire. J’ai bien conscience que je ne pourrais pas accomplir les mêmes travaux avec ce genre de forme ( je vais pouvoir trancher, tracer, mais difficilement charger ou transférer l’énergie). Bah, je m’en suis sorti jusqu’à présent !
Je compte bien lui réserver une belle consécration, le planter dans la terre pour le présenter aux divinités chtoniennes, le lever vers le ciel pour le montrer aux dieux célestes, cracher dessus et le passer à l’encens et à l’alcool… j’en salive déjà !

Dans un moment de folie, après la déception de ne pas avoir pu me faire tatouer par un artiste suédois génial, je me suis vengé en achetant une peau de rennes. Il faut savoir qu’en Suède, surtout dans le nord du pays, en Laponie, les rennes sont domestiqués et élevés depuis bien longtemps par les hommes. Il est donc très fréquent à Stockholm de trouver des peaux de rennes (qui je précise ne sont pas tués que pour leur fourrure mais surtout pour leur viande). J’ai été accompagné durant tout mon séjour par le Rennes, le guide animal de ma sœur qu’elle m’a prêter pour veiller sur moi pendant mon voyage. J’ai été très séduit par sa médecine, par son pouvoir. La peau semblait m’attendre dans cette boutique. C’était la dernière, qui attendait là. Le vendeur avait l’air heureux de me la vendre. Je pense que cette fourrure va devenir un incroyable outil pour ma pratique animiste ou magique. Je me vois déjà voyager entre les mondes, allongé sur la fourrure grise du Rennes qui me guidera, m’aligner avec lui, bénir certains objets sur la peau … J’y tient énormément. J’attendrais la Pleine Lune pour le consacrer, pour remercier l’animal à qui appartenait cette peau ( je sens que cette Pleine Lune va être chargée ..)

J’ai aussi trouvé des boucles d’oreilles de guedin, en papier mâché peint à la main, pas du tout suédois avec le Lapin d’Alice au Pays des Merveilles ! J’ai aussi rapporté une Trollcross, une amulette typiquement suédoise en fer forgé, que l’on accroche dans les maisons, les étables ou que l’on porte sur soi, pour repousser les vilains trolls et les sorts (je l’ai offert à une amie, mais je garde le motif, il me plait bien ! )

Charme rouge des bonnes maisons

Suite au rituel de purification que nous avons accompli dans la maison de Maud et Raphaël, je leur avait promis un beau charme pour que leur foyer soit accueillant, protégé et prospère. C’est chose faite !

J’ai décidé de faire un charme de tissu (Maud est une fine couturière, alors je me suis bien appliqué !), rempli d’herbes et de pierres correspondant à mon but. J’ai brodé en points de chainette un symbole runique composé de trois runes : Eolh, Fehu et Othel. C’est un symbole que j’ai déjà utilisé et que j’aime beaucoup. Lors de la création de ce talisman, toute mon attention était portée sur mon objectif, en visualisant l’appartement plein d’amour, de chaleur, de vie, tandis que le Thuya fumait.

J’ai fait un chapelet de sorbes séchées pour l’accrocher, car ces petites baies sont traditionnellement utilisées pour protéger un foyer. J’ai également cousu un petit grelot, qui attire les bonnes énergies en tintant (la fente se termine en petits cœurs, trop mignon !) Je suis satisfait de moi ! J’ai consacré le talisman rouge dans le Chaudron, et le voilà frétillant de magie, prêt à répandre ses pouvoirs !

Sea Magick DIY

Avec un peu d’inspiration, des restes de bougies, des coquillages, on fait des merveilles ! J’ai toujours été partisan du « fais avec ce que tu as sous la main », et j’avais besoin/envie de petites veilleuses originales et marines ! Les bougies chauffe-plat commençaient à m’ennuyer sérieusement, et étant donné que de plus en plus, je sombre avec plaisir dans la Sea Witchery, la sorcellerie de la mer, des petites veilleuses en coquillages étaient tout bonnement parfaites.

J’ai utilisé des restes de bougies blanches et oranges, le résultat donne un rose orangé très pâle tout à fait exquis ! J’ai ajouté quelques gouttes d’huiles essentielles de Cèdre .. mais finalement on ne sent rien. Poser les mèches a été assez laborieux, mais je m’en suis sorti, et voilà le travail !

Le Sommeil des Fauves

Le Sommeil des Fauves

Je viens de retrouver ce dessin dans mes fichiers. Il représente une sorte de « vision-voyage-méditation » (difficile à décrire) que j’avais faite il y a un petit moment. Je marchais dans une grotte noire et sombre où tous mes sens étaient aux aguets. Ça sentait fort le fauve, la bête, et on entendait des respirations bruyantes, des ronflements, des râles endormis. Je ne voyais rien et je me guidais avec mes mains sur les parois. Très vite, la pierre sous mes paumes devint fourrure, poils longs, museaux mouillés, toisons épaisses. Je me sentais entouré de fourrures, ma était chatouillée par milles corps de fauves endormis et entassés, ne formant qu’une seule masse, qu’un seul corps. Je me déshabillai (si je n’étais pas déjà nu) et je m’enfonçai avec plaisir parmi ces corps sauvages, pourtant tendres et ensommeillés. Mon corps entier était parcouru de frissons, de chatouilles et bientôt de langueur, la même langueur et volupté qui nous saisit lorsque l’on s’allonge dans un lit après une journée épuisante, et que le sommeil commence à engourdir délicieusement nos membres. Et c’est ainsi que je m’endormis, parmi les fauves ronflants, devenant moi-même une bête endormie, sereine, protégée.

Debout bougies, plumes, et fatras !

Aujourd’hui le soleil brille. Il brille vraiment. Le printemps est officiellement là depuis quelques jours, il pointe timidement mais aujourd’hui, il éclate. Tout commence à se réveiller, ce qui dormait dans les ténèbres froides de l’hiver commence apercevoir la lumière du jour. Les fleurs poussent, mais surtout les idées renaissent et fourmillent. C’est souvent ce qui m’arrive au retour du printemps. Les pensées se renouvellent, les idées et les nouveaux projets sortis d’on ne sait où jaillissent. Des nouveaux moyens d’appeler les esprits à moi me sont venus à l’idée, des recettes d’encens, des rituels, des sorts à essayer, des incantations sombres et rythmées … Ma tête est dans une belle ébullition créative et nouvelle ! Ça, c’est le printemps !

Et pour accueillir comme il se doit ce renouveau, il faut faire de la place, réveiller les choses qui dorment, se débarrasser de ce qui ne sert plus, rendre ce que l’on a pris et qui n’a plus d’usage. Ma chambre a subit un gros nettoyage de printemps. Bazar rangé, trié. Les vêtements ont été bougés, dépliés, ceux qui ne servent plus ont été donnés. Et aujourd’hui, c’est la commode qui a subit un traitement de choc. La commode est un vieux meuble entièrement consacré à la magie. Mon autel y trône, et ses cinq grands tiroirs abritent tout ce dont un bon petit sorcier à besoin : encens, perles, plumes, résines, pierres, poupées … Et depuis des années il n’avait pas bougé. les choses s’étaient entassées, accumulées sans aucun sens. Plein de poussières, des restes d’anciennes pratiques, de vieilles énergies brouillées … Tout ceci nécessitait donc un bon coup de pied au fesse et un réveil de toutes ces choses dont la magie a dormi tout l’hiver !

J’ai mis de la musique qui bouge, avec un « élan de vitalité » (que je retrouve dans les disques de Shakira ou Katy Perry, que oui, j’adore et j’assume), un encens de santal et je me suis lancé ! Un par un j’ai vidé les tiroirs, triés toutes ces choses magiques et curieuses que les magiciens aiment garder dans leur maison. Je jetterai dans les règles les objets magiques qui m’ont autrefois servi, je rendrai à la forêt les vieilles baguettes magiques, j’enterrerai les cristaux brisés, je placerai au fond d’une rivière les objets d’argile … Tout ceci sera abandonné pour laisser la place aux nouvelles choses que je veux et qui arriveront vite, car comme me l’a appris Egregius, mettre en valeur les vides les fait se remplir plus efficacement !

J’ai halluciné en me rendant compte de tout l’encens que je possédait, en cônes, résines, grains, bâtons … Il a prit tout un tiroir finalement ! J’ai éclaboussé les divers ossements d’une infusion de Cyprès et j’ai passé les plumes dans la fumée de Thuya pour les ranimer. Les pierres et les cristaux baigneront dans l’eau bénie pour seront ensevelies au pied d’un arbre cette nuit et les coquillages seront aspergés d’eau de mer. Tout ceci pour réveiller toutes ces choses qui sommeillent. Réveillées, elles seront plus actives quand elles me serviront pour ma magie, elles révéleront leurs pouvoirs, elles « vibreront » mieux. J’ai pu faire l’inventaire : des bougies de couleurs et blanches vont manquer, contrairement aux vertes, il reste finalement plus de Benjoin que je ne le pensais, la Terre des Neuf Carrefours s’épuise en silence …